Cet article est un extrait adapté pour le site, d’une série d’enseignements que j’ai réalisé sur » Qui Est Jésus-Christ » et qui avait en son temps « ému » mon assemblée…
J’en fait un article parce que cette série ne paraîtra pas sur le site avant quelques temps. Il y en quelques-unes avant. A moins que le Père me demande de faire autrement…
Or il est urgent de faire connaître la supercherie.

Nous avons tous, en majorité, de très bons souvenirs des fêtes de Noël, des moments passés entourés de sa famille, au chaud, auprès de la cheminé, à table autour d’un copieux repas, à l’église, avec les amis et les frères, durant le programme de la célébration de la naissance de Jésus, ou encore au matin de Noël, au pied du sapin encore illuminé, récupérant le ou les cadeaux du « Père Noël ».

Je suis moi-même né dans une famille évangélique et  j’ai participé de manière active pendant plus d’une trentaine d’années à ces « programmes de Noël » jusqu’à ce que dans sa miséricorde, Dieu me fasse naître à la Vérité (nouvelle naissance) et que finalement je rejette cette fête. Qu’il en soit ainsi pour vous.

Fête… Universelle (catholique ?)

Noël est une fête célébrée dans le monde entier comme étant la naissance de Jésus à la date du 25 décembre ou dans la nuit du 24 au 25. Elle est même devenue au cours du temps un symbole « d’unité et de paix entre les hommes », et ce, certainement à cause de la parole des anges :

« Gloire à Dieu, dans les lieux très hauts; paix sur la terre, bonne volonté envers les hommes! »
Luc 2:14

Ce n’était certainement pas le message de départ des anges, mais l’annonce de la paix (réconciliation) avec Dieu par Jésus qui venait sur terre

Nous le savons tous, il n’existe pas de repères temporels suffisamment précis pour établir sa date de naissance. Certains  l’ont estimé très probablement au 11 Septembre…  Par ailleurs, les Ecritures elles-même ne donnent aucune date. Tout au plus, nous savons que c’était sous le règne d’ Hérode, qui selon les historiens est mort 4 ans avant la naissance de Jésus, ce qui n’est pas possible puisque Matthieu 2:16 nous informe que Hérode en fut averti au point de déclarer une sentence de mort sur tout enfant de 2 ans et moins, à Betlhéhem et dans les environs.

Toujours selon les Ecritures, sauf erreur de ma part, il n’existe aucune correspondance entre une fête juive et la naissance de Jésus. En relisant les Ecritures on ressent même l’impression que la date de cette évènement devait rester secrète. Cette impression est renforcée par le fait que ceux qui devaient voir Jésus bébé ont été informé de sa naissance pour le jour même (les mages par la mystérieuse étoile en Orient et les bergers par l’apparition des anges).

Les Écritures ne nous révèlent à aucun moment que les apôtres ou les disciples, les premiers chrétiens aient célébré la naissance de Jésus par un quelconque anniversaire. Et Dieu lui-même ne nous invite pas à célébrer cette anniversaire. IL ne nous demande pas de nous rappeler sa naissance. Je reviendrai là-dessus dans un moment. D’ailleurs pourrait-il y avoir l’anniversaire de quelqu’un qui n’a ni date de commencement et ni date de fin, éternel, puisque bien que mort 3 jours, Il est ressuscité.

“Avant qu’Abraham fut je suis…”
Jean 8:58

Rappelons-nous aussi :

qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’ a ni commencement de jours ni fin de vie,- mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu,- ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité”.
Hébreux 7: 3

Ce n’est pas Jésus qui est rendu semblable à Melchisédek mais  c’est Melchisédek , qui, avant que Jésus ne vienne en chair est rendu semblable à Jésus, confirmant ainsi que, bien que Jésus soit venu après  , il a toujours été puisqu’Il n’a ni commencement de jours, ni fin de vie. Ce passage de la lettre aux Hébreux affirme donc que la naissance de Jésus n’est pas une naissance comme si Il n’avait jamais été auparavant, mais que cette naissance était le passage de l’Esprit (invisible) à la chair (visible) de la Parole.

« Et la Parole a été faite chair, et a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père ».
Jean 1:14

Il se trouve donc que ceux qui célèbrent Noël fêtent quelque chose qui n’existe pas puisqu’il n’y pas d’anniversaire. Mais pire encore, l’histoire révèle que cette fête est clairement basée sur des célébrations païennes autour du soleil, vu comme un dieu. En effet, les hommes ont de tout temps voué un culte à l’armée du ciel (soleil, lune, étoiles…) , et Israël a aussi été séduit. Lire Actes 7:42.

C’est un évêque de Rome, de l’église catholique qui a décidé de remplacer la naissance du dieu soleil appelé Mithra par la naissance de Jésus sous l’initiative de l’empereur Constantin le grand. An l’an 440 – une année qui résonne (les musiciens averties comprendront)-, L’Eglise catholique décide que la célébration de la naissance de Jésus est fixé au 25 décembre et le pape Sixte III a célébré ainsi la première messe de minuit.

Solstice-d-hiver1.jpg

La re-« naissance » du soleil au milieu des ruines d’un temple païen…

Sommes-nous posés sur les fondements du pape ou sur celui des apôtres et des prophètes, c’est -à-dire Christ ?

Or que dit Christ ?

Mieux vaut la fin d ‘une chose que son commencement; mieux vaut un esprit patient qu’ un esprit hautain.”
Ecclesiastes 7:8

Si selon ce que déclare la Parole, mieux vaut la fin d’une chose que son commencement alors mieux vaut la mort que la naissance.

Nous ne disons pas que la naissance ne vaut rien, bien au contraire, mais la mort a plus de valeur que la naissance. Et c’est ce que notre Seigneur Jésus a établi en ne laissant aucune trace de date ou de fête à célébrer concernant sa naissance mais à préférer laisser le souvenir de sa mort. Parce que sa naissance en elle même n’apportait aucun changement dans nos vies. Tout au plus elle était le sujet d’une grande joie pour ceux de l’époque selon ce que les anges ont dit “ C’est le sujet d’une grande joie, un Sauveur vous est né qui est le Christ, le Seigneur…”. Mais a-t-il sauvé par sa naissance ou par sa mort ? Le sacrifice qui devait payé le prix de notre rachat, le sang qui devait obtenir le pardon de nos péchés ont-ils été par la naissance ou par la mort du Seigneur ?

« La nuit qu’il fût livré, il prit du pain et dit faites ceci- en mémoire de moi. »

Nous connaissons parfaitement ce passage de Paul aux Corinthiens au chapitre 11 au verset 23 qui est un rappel de ce souper qu’a partagé le Seigneur avec ses disciples.

“Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant:Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.”
Luc 22:1-22*

Voilà que la mort de Jésus coïncide  avec la fête de la Pâque  juive qui se célèbre sur plusieurs jours. Alors que sa naissance ne correspondait à rien. La Pâque est le jour où Israel a été délivré de  l’esclavage de l’Egypte par la mort des premiers nés de l’Egypte entière ( hommes et animaux) lorsque l’Ange vengeur du Seigneur est passé dans le pays épargnant uniquement ceux qui avaient mis le sang d’un agneau  sans tache sur les portes de leur maison. Ce jour est une date anniversaire pour se souvenir de la miséricorde et de la puissance de Dieu. Il est même dit que cet évènement se célèbre sur plusieurs jours selon Exode 12:1-27 et selon le chapitre de Luc que nous venons de lire où justement Jésus déclare “ faites ceci en mémoire de moi”. C’est donc avec un sens de la perfection que Jésus place sa version du repas de la Pâque.

Ici, chaque mot à son importance. Par exemple, il n’a pas dit faites-le en mémoire de moi, mais “faites ceci”. Notre Seigneur précise ainsi que si nous voulons nous souvenir de lui, si nous voulons célébrer une date en rapport avec lui, c’est ceci que nous devons faire. Ceci étant la fraction du pain comme étant son corps rompu et le partage de la coupe du fruit de la vigne comme étant son sang versé. Les apôtres et les disciples l’ont bien compris comme l’indique la lettre de Paul aux Corinthiens et le récit des Actes des apôtres.

“Or, ils persévéraient dans la doctrine des apôtres, dans la communion, dans la fraction du pain et dans les prières.“
Actes 2:42-46*

Y’a-t-il autre chose dans laquelle ils persévéraient. La Parole ne nous donne pas plus de détail autre que l’obéissance à la Parole même. Pas de célébrations  particulières, sinon la Pâque et la Pentecôte (Actes 2:1 et Actes 20:16).

Mais il est une chose étonnante avec cette célébration, c’est qu’elle n’est finalement pas rattaché à une date ou à un jour, ni même a un lieu, dans sa réalisation selon qu’il est dit :

“…faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu ‘à ce qu’ il vienne.”
1 Corinthiens 1:25-26*

Il  n’est pas dit “toutes les fois que vous vous réunissez”, ni “tous les dimanches”, “ni toutes les fois où vous êtes à l’église” (parlant du lieu). Cela n’a rien à voir avec un jour, un lieu mais avec notre besoin et notre désir de nous rappeler sa mort qui seule donne la vie. Le diable, le maître du contraire de la Parole de Dieu, le menteur, essaierait-il de nous faire croire que la vie se trouve en la naissance du Seigneur ?

Voilà ce que dira Paul :

“La coupe de bénédiction que nous bénissons, n ‘est- elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n’ est- il pas la communion au corps de Christ?”
1 Corinthiens 10:13-17*

La coupe et le pain -souvenirs de sa mort et non  de sa naissance- sont donc notre communion à Christ. La communion est l’accord profond , l’entente parfaite entre Christ et son Église, entre la tête et le reste du corps. Paul dit ceci ensuite : “Nous participons tous donc au même pain”.

Que dis-je donc ? C’est que le Seigneur ne nous a pas rattaché à un jour ou un lieu mais à Lui (au même pain). Si nous voulons faire une quelconque célébration en son honneur faisant le selon ce qu’Il nous dit et selon que nous voyons faire les disciples avant nous, non pas selon ce qu’enseignent les traditions religieuses et du monde.

Bien sûr, nous pouvons nous assembler n’importe quelle jour en l’honneur de notre Seigneur Jésus, car le Seigneur est La Liberté.

« Or, le Seigneur est l ‘Esprit; et où est l’ Esprit du Seigneur, là est la liberté. »
2 Corinthiens 3:17

Mais si à cause d’un jour nous nous assemblons alors nous devenons esclave du jour parce que c’est le jour qui nous a rassemblés quand bien même nous dirions que c’est pour le Seigneur. Pourquoi ?  Simplement parce que le Seigneur ne nous a pas donné ce jour en célébration. Si de surcroit, ce jour est un jour où le reste du monde est en communion à cause de ce jour. Ne serions-nous en communion avec le monde ? Parlant de la noël, ce jour est en plus faux, un mensonge donc. Serions-nous d’accord pour être en communion avec le mensonge ?

« Je dis que ce qu ‘on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu; or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons ».
1 Corinthiens 10:20

N’aurions-nous pas 364-365 autres jours pour nous réunir en l’honneur de notre Seigneur ?

La date du 24- 25 décembre en elle-même n’est pas un pas un problème. C’est matériellement un jour comme un autre . Et un rassemblement en ce jour devient un problème si la raison, l’objectif est Noël. Mais pourrez-vous vous rassemblez sans vous mentir à vous même en vous donnant faussement une autre raison que Noël ?

Rappelons-nous l’exemple d’Israël dans le désert.

“Il les reçut de leurs mains, jeta l ‘or dans un moule, et fit un veau en fonte. Et ils dirent:Israël! voici ton dieu, qui t’ a fait sortir du pays d’Égypte. Lorsqu ‘Aaron vit cela, il bâtit un autel devant lui, et il s’ écria:Demain, il y aura fête en l ‘honneur de l’ Éternel!”
Exode 32:1-6*

Avez-vous constaté cette abomination ?

Il s’agit d’un fête en l’honneur de l’Eternel alors que sous leurs yeux se trouve une idole, un veau fait d’or considéré comme leur dieu. Plus étonnant encore, ils firent des sacrifices et des holocaustes comme pour l’Eternel, mais en réalité, c’est le veau qui était adoré. Ils étaient en communion avec les démons. Le châtiment n’allait pas tarder…

En effet, ce n’est pas parce que l’on dit que c’est pour l’Éternel et que l’on fait des chants et des lectures bibliques voire même de scènes théatrales relatant la naissance et la vie de Jésus que c’est pour Jésus, l’Éternel. Si le point de départ est faux, alors le reste l’est aussi à cause du point de départ.
Israël a prétendu organiser une fête en l’honneur de l’Éternel. Mais quel était le point de départ de cette fête ? Ils avaient finalement trouvé le dieu qu’ils attendaient, visible et palpable… le veau d’or. Et de manière totalement abominable, Aaron osa l’appeler « L’Éternel » puisqu’il s’écria « demain, fête en l’honneur de l’Éternel » étant proche du veau d’or.

Etant proche du 25 décembre, ne disons-nous pas, « fête en l’honneur de l’Éternel » ? Pourtant ce point de départ est faux, le 25 décembre, fête du dieu soleil Mithra, couverture d’un démon.

Ce que je dis donc, c’est que le jour (23,24, 25…) ou le lieu (maison, temple, salle) ne sont rien mais que la Vérité est tout.

Ne sommes nous pas pilier de La Vérité ?

“Et afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l ‘Église du Dieu vivant, la colonne et la base de la vérité.
1 Timothée 3:15

Alors si La Vérité n’est pas indiqué, montré par nous, le peuple qui se dit de Dieu, membres du corps de Christ, l’Église, qui la montrera ?

Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Notre Seigneur est né d’une vierge dans le sens où il a pris forme humaine pour accomplir Sa Parole. Mais cette naissance n’est pas une première apparition mais un moyen d’atteindre l’homme.

« Mais il s ‘est dépouillé lui- même, ayant pris la forme de serviteur, devenant semblable aux hommes; Et, revêtu de la figure d’ homme, il s ‘est abaissé lui- même, en se rendant obéissant jusqu’ à la mort, même jusqu ‘à la mort de la croix »
Philippiens 2:7-8

De la bouche des anges, Jésus est le sauveur, le Christ, le Seigneur !

« C ‘est qu’ aujourd ‘hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur, vous est né »
Luc 2:11

Or, il y a un seul Seigneur et un Seul Dieu.

“Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous êtes appelés à une seule espérance, par votre vocation. Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême; Un seul Dieu et Père de tous, qui est au- dessus de tous, et par tous, et en vous tous.”
Ephésiens 4:4-6

Le « Père Noël » ?

Nous avons cependant, un adversaire, l’ennemi de nos âmes, qui a pour arme principal, le mensonge. Cette fête n’est pas une exception ! Par le mensonge, il réussit à obtenir l’adoration de la terre entière. Son rêve se réalise !

Comment ?

En cette période de Noël, les coeurs sont tournés vers les réjouissances et malheureusement au-delà, dans la débauche. Ce que fit exactemement Israël devant son veau d’or. Aujourd’hui, le veau d’or est devenu, Noël, soit disant en l’honneur du Seigneur Jésus, mais cachant le dieu soleil romain, à qui l’on offre des sacrifices de joie, de débauches, de dépenses et que sais-je encore, mais aussi ses propres enfants au mensonge et à l’idolatrie d’un usurpateur, le père Noël !

Ce barbu, en apparence, gentil et jovial et sympathique qui descend du ciel avec des cadeaux par milliers à offrir à ceux qui auront été gentils à leur tour, n’est-ce pas celui qui veut prendre la place de Jésus qui est descendu du ciel et s’est dépouillé de sa propre vie, le plus grand don (cadeau) qu’il offre à ceux qui auront été justes (gentils) par la Foi ?

Nos enfants l’adorent, l’attendent, y croient…. le prient (la lettre au Père Noël). Or ces choses devraient être réservées au seul Créateur, Seigneur et Sauveur Jésus ! Quel drâme !

Mais il n’est jamais trop tard pour changer cela, tant que l’on peut dire « aujourd’hui ». Vous pouvez et devez renoncer à cette fête diabolique. C’est le plus grand tour de passe-passe du diable que d’y avoir associer la naissance de Jésus et la Paix pour les hommes.

Nous résumons donc :

  • Cette date de naissance est inconnue de la Bible
  • Cette date n’est pas reconnue historiquement
  • Telles annoncées dans la Bible, les circonstances montrent que cette date devait rester secrète (sûrement pour éviter l’idolâtrie du jour)
  • Le période de naissance de Jésus bien que joie pour la terre, fût une horreur à Béthléhem et aux alentours à cause du massacre de bébés décidé par Hérode, pour tuer le Roi Jésus.
  • Jésus nous est né et nous sommes encore dans nos péchés, car seul sa mort nous en délivre.
  • Jésus ne demande pas de célébrer sa naissance (il n’emploie d’ailleurs jamais ce mot concernant sa présence sur terre.
  • En disant « Faites ceci », Jésus précise comment il souhaite que l’on se souvienne de lui : c’est le repas de sa mort : le pain et la coupe de la vigne.
  • Les disciples n’ont jamais célébrer la naissance de Jésus, mais ils étaient assidus dans la célébration de sa mort.
  • Cette date est décidée par l’église catholique de Rome en collaboration avec Constantin, l’idolâtre et de ce fait n’est pas une décision de Dieu.
  • Cette date cache en réalité la renaissance du dieu soleil, cachant lui-même un démon.
  • Le monde entier célèbre cette fête et se trouve en communion …avec des démons.
  • C’est finalement le rêve du diable qui se réalise en recevant l’adoration par le père Noël, le sapin, et le péché qui augment en cette période de l’année.

Continueriez-vous à fêter noël ? Chacun prendra sa décision en connaissance de causes. Je vous ai averti de la part du Seigneur Jésus.

La grâce du Seigneur Jésus- Christ, l ‘amour de Dieu, et la communication du Saint- Esprit soient avec vous tous! Amen
2 Corinthiens 13:13

PS : les versets marqués de * (astérisque) n’ont pas été cité en entier mais je vous invite à les lire dans votre Bible afin d’en saisir le contexte et la volonté de Dieu.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Pin It on Pinterest

Share This

Partager

Faites connaître cette page à vos amis.

Shares
%d blogueurs aiment cette page :