Genèse 1:2
Or la terre était informe et vide, et les ténèbres étaient à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux.

Faut-il le rappeler, et je crois qu’il le faut, qu’il n’y avait personne, aucun homme , aucune femme dans les temps ces choses ont été faites. La question est alors la suivante: comment donc avons-nous le récit de ces choses ?
Comme je l’ai dit lors de l’introduction, c’est une révélation que Dieu a faite au prophète Moïse afin que nous en ayons connaissance* . Est-ce sur le mont Sinaï ou pendant la période qui a succédé sa fuite d’Egypte ? Nous ne le savons pas. Nous savons juste que c’est Moïse qui parle de la part de Dieu.

Dieu se « tourne » directement vers la terre dans ce verset 2, alors qu’il nous paraîtrait plus logique qu’Il parle d’abord des cieux puis de la terre. Ce que Dieu fait ainsi, c’est montrer que la terre est le centre d’intérêt, …son centre d’intérêt.

Or la terre était informe et vide…

Au moment de la création, la terre était informe. Le dictionnaire nous dit que ce mot s’emploie pour les choses qui n’ont pas de forme propre définie, reconnaissable.

tohu-bohu

En partant de la droite, 3e mot en noir « tohu » et 4e dans le même sens de lecture « bohu ». Source Interlinéaire

 

Cette expression « tohu-bohu » qui est de moins en moins utilsée de nos jours pour définir le choas, désordre (dans le sens de la désorganisation) et voire même le bruit désagréable ou irritant est celle que les traducteurs vont majoritairement rendre par les mots « informe » et « vide » dans de nombreuses langues. Quelques exceptions comme la Darby s’éloigne plus de l’idée d’origine du mot par l’emploi de « la désolation » en remplacement de « informe ». Ce terme « désolation » fait intervenir une notion subjective puisqu’il s’agit de peine, chagrin, tristesse. Or personne ne pouvait avoir un tel sentinement puisque tout simplement, il n’y en avait pas… de personne.
Ce dont nous pouvons être sûr, c’est que l’ordre que nous connaissons actuellement et que nous voyons de nos yeux,  ne vient pas du hasard. Mais Dieu a organisé sa création selon le bon plaisir de sa Volonté. Aucune chambre d’enfant ne s’est retrouvée ordonnée sans l’effort et la volonté de quelqu’un…
Et c’est ce que nous dévoilent les versets suivants… Nous y reviendrons.
Aussi, lorsque Dieu dit à Moïse ( par conséquent, à nous ) que la terre était vide, Il sous-entend qu’Il a prévu de la remplir de quelque(s) chose(s), comme nous le voyons qu’elle l’est aujourd’hui.

…et les ténèbres étaient à la surface de l’abîme…

Cette section du verset nous fait savoir qu’il n’y avait pas de lumière sur terre lors du début du processus de création. Mais alors où était le soleil ? Car nous savons qu’actuellement c’est le soleil qui nous éclaire de jour et la lune, de nuit. Ce sont ces corps célestes qui projettent leur lumière à la surface de la terre. Or ce soleil et cette lune « n’apparaissent » que plus tard dans ce chapitre 1 de la Genèse.
Ainsi, cette portion du verset nous apprend que Dieu n’a pas besoin de la lumière que nous connaissons par nos yeux, pour voir et faire ce qu’Il a à faire. Plus intéressant encore c’est que Dieu qui est Lumière* n’est pas comparable à la lumière de nos yeux. Cette Lumière Divine ne fait pas partie de notre monde physique.* Mais c’est un autre sujet.
Dieu donc voit sans soucis dans les ténèbres. Évident.

Les ténèbres étaient à la surface de l’abîme. Le dictionnaire nous dit que l’abîme est une cavité naturelle d’une profondeur quasi insondable, mais ce mot fait aussi référence aux profondeurs des eaux lorsqu’il est employé au pluriel et par extension, au singulier, il désigne l’océan . Le mot ici est au singulier. Nous avons donc le choix entre la cavité dans la terre ou l’océan. L’idée de profondeur est renforcée par l’emploi du mot surface. Ce qui a une surface a très souvent une profondeur. Il ne faut pas confondre avec ce qui est une surface et qui n’implique alors pas d’idée de profondeur, de prime abord.

…et l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux.

C’est certainement cette partie du verset qui nous donnera la direction. Il ne s’agit probablement pas de cavité dans la terre mais de l’amas des eaux. D’ailleurs, par la suite nous verrons que le pluriel des eaux est mis pour une raison bien particulière.
En rassemblant, les 2 premières parties du verset à cette troisième partie nous comprenons que les eaux recouvraient la terre entière sans que des parties sèches soient visibles.
La présence de Dieu sur terre était manifesté par son Esprit. Dit autrement, Dieu s’est rendu sur terre en esprit, en Son Esprit. Les distances et les lieux ne sont en aucun cas un obstacles pour Dieu*.

Dieu parcourait ainsi la terre, ou devrions-nous dire les eaux, examinant le commencement de son oeuvre. Les eaux, parce que nous de vons nous rendre compte c’est l’élément majoritaire, mais aussi dominant, de ce moment de la terre. Elles couvrent entièrement la terre. Bien avant qu’aucun « scientifique » ne viennent à dire que notre terre est majoritairement de l’eau, Dieu nous l’avait déjà fait savoir par les écrits de Moïse.

Et bientôt, un autre élément important devra venir à l’existence…

A dans quelques jours…

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Pin It on Pinterest

Share This

Partager

Faites connaître cette page à vos amis.

Shares
%d blogueurs aiment cette page :